Carré de la Fraternité

Publié le par Etre Là...

images-copie-3.jpg

 

 

Ce matin, nous avons enterré Papy...

Papy ce n'était pas son vrai nom bien sur, c'est sous ce surnom que moi je le connaissais mais ceux qui le croisaient depuis plus longtemps savent qu'il s'appelait Marc.

Je ne sais pas non plus si il est aujourd'hui un papy... je sais qu'il avait eu une fille, il y a longtemps, dans une autre vie... une fille dont ii parlait souvent, mais que nous n'avons pas retrouvé pour lui annoncer la nouvelle... peut-être que c'est le mieux, peut être que c'est le cours de la vie... 

 

Ce matin nous étions peu, trop peu autour de cette dalle blanche, jumelle à celles qui l'entouraient sur des mêtres alentours, à l'accompagner... tombe peuplant le Carré de la Fraternité, anciennement le Carré des Indigents, au cimetière de Thiais.

Là son corps reposera 5 ans, avant de rejoindre une fosse commune, pour laisser sa place à d'autres corps, d'autres Hommes, d'autres histoires.

 

medium_cimetiere_des_indigents.2.jpg

 

Je sais qu'il a fait parti de la vie de nombreuses personnes, cet homme de la rue qui interpelait les passants avec toujours un petit mot souriant ou une chanson de Jonnhy, cet homme au grand coeur qui a appris la rue à d'autres qui y sont tombés à leur tour, cet homme qui était un Grand Homme et dont j'aurai tellement aimé que  son dernier moment soit partagé par d'autres.

Quelle douleur de penser que cet homme a finit sa vie presque seul, "toujours SDF même dans la mort" a fait remarquer Ervé en faisant allusion à son "déménagement prochain".

 

Au revoir Papy... 

 

 

Collectif Les Morts de la Rue

Publié dans Sans Abris

Commenter cet article

Ervé 24/04/2011 15:38



Rectificatif :


 


Papy Callaghan est le 86ème mort de la rue depuis le 1er janvier 2011 de l'ère du gugusse !


Papy Kamel l'a rejoint ensuite, trois semaines après.


 


"Où vont ces personnes ?


Où courrent ces chiens bleus


Ouvrez les persiennes,


La jalousie des Dieux


Ouvrez !


Et déballez ensemble,


Ouvrez ! Ouvrez !


 


Un jour ils s'éfilent, se délitent en sommeil


Des caravanes immenses de guerriers ondoyants qui appellent


Petits vers qui grouillent, grouillent, grouillent, grouillent, grouillent....


Nettoient les fluttent des morts,


Curent les os,


Font place nette


Et l'esprit peut flotter...."


(Noir Désir : "Les Persiennes"


 


"Un bruit de vers sur le parterre qui annonce un jour de morts


Celui qui te cloue à terre mais sous tes pas je vie encore


Je vie encore..."


 


Ervé


 



cpolitic 24/04/2011 15:19



Paix à son âme.



Ervé 16/04/2011 16:48



Merci Tiote Clairette,


Merci Anne-Marie,


Merci au Collectif Les Morts de la Rue, au Samu-Social qui a tenu à être présent, à Stef, l'ami de toujours, Jacques, Roselyn...


 


J'imagine Papy, quelque part, entrain de pester contre le fait qu'il ne trouvera sans doute pas de petite épicerie ou de petit troquet sympa...


 


Papy est le 76ème morts de la rue, une pensée pour les 75 morts de la rue depuis le 1er janvier 2011.


 


Ervé



Anne-Marie Zaïdi 15/04/2011 22:44



Merci Claire pour cette évocation de Monsieur "Papy". Tu nous permets de le découvrir et de l'accompagner par nos pensées...


"Que vous trouviez la paix là où vous êtes ! Et peut-être que, de là, vous pouvez enfin veiller sur les vôtres !"


AnnemarieZ