Cathrin

Publié le par Etre Là...

claire04

Crédits Photo : Unknow - Retouche : Ervé.Do

 

Cathrin dort dans sa voiture, stationnée dans une petite ruelle à côté de chez nous.

Comme il m'est difficile, voir insuportable de l'imaginer là, je suis allée la voir pour lui demander si elle avait besoin de quelque chose, si je pouvais l'aider...

Elle m'a raconté un petit peu sa vie, son Angleterre natale qu'elle a quitté très vite il y a quelques mois, je n'ai pas bien compris pourquoi... en tous les cas elle m'a expliqué qu'elle ne pouvait plus y retourner. Elle a des amis chez qui elle va se reposer quelques fois, des amis qui me semblent eux aussi bien perdus et marginaux.

J'ai du mal à comprendre son histoire. Elle parle correctement le français, mais tout semble embrouillé et illogique pour moi

 

Nous l'avons aidé comme nous pouvions, lui offrant de venir prendre des douches ou manger avec nous et les enfants, ou encore d'utiliser l'ordinateur pour qu'elle avance sur ses recherches d'emploi...recherches dont je doute de plus en plus je l'avoue. Là aussi, je ne sais pas toujours bien quelle attitude adopter, faire semblant de la croire, la confronter ? Mais de quel droit ?    

                                                                                                                                           

Et puis les jours passant, Cathrin m'a semblé de plus en plus s'enfermer dans sa bulle, dans son monde, dans des confusions... plus de respect d'horaires lorsque nous nous donnons rendez vous, plus de respect de notre vie de famille, du repos des enfants, de notre vie de couple.

Je l'ai apperçue plusieurs fois marchant dans la rue, s'adressant violemment à des interlocuteurs imaginaires... elle m'a presque fait peur. J'ai cherché de l'aide autour de moi, CCAS, associations mais j'ai découvert malheureusement qu'il y avait peu de possibles... en tous les cas pas tant qu'elle n'avait pas non plus le courage de faire des choix et de poser des actes...      

 

Depuis plusieurs semaines, je ne la vois presque plus. Elle a changé sa voiture de place, quelques rues plus loin. Au fond de moi, je sais que je suis soulagée... Je ne sais pas si nous avons bien fait d'essayer de l'aider et pourtant, je ne le regrette pas. Mais tout ce qui s'est passé semble donner raison à tous nos amis qui nous ont traités de fous et nous ont expliqué que la charité doit être raisonnable, que nous ne sommes pas l'armée du Salut, etc. Je ne sais pas ce qui est bien ou mal de faire.

J'aurais voulu réussir à aimer Cathrin et pourtant je ne fais qu'espérer qu'elle s'en aille le plus loin possible.

Je garde pourtant au fond de moi la certitude qu'elle sait, qu'elle a compris que nous avons été là, que nous sommes là, que nous lui avons tendu la main et que nous avons pu lui apporter un peu de courage.

 

merci à Marie Christine

Publié dans Sans Abris

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article