Derrière leurs sourires...

Publié le par Etre Là...

Petits pincements au coeur ce soir...

Les images et les histoires se bousculent dans ma tête et dans mon coeur.

Ces derniers jours, en acccompagnant dans diverses démarches leurs parents, j'ai croisé beaucoup d'enfants, trop d'enfants tristes, qui ne rêvent plus, qui ne croient pas en un monde meilleur, mais qui voudraient quand même bien pouvoir croire en les adultes qui les entourent...

Je pense à la petite Lucia qui entre au collège avec son vieux sac dont on se moque, qui voudrait tellement apprendre enfin à lire...

Je pense à sa soeur Sarah qui rêve d'avoir une vraie maison, et une vraie chambre rose, de ne plus vivre sur ce terrain de caravanes stigmatisé de tous...

et ces adultes qui la traitent de menteuse sans savoir écouter ses silences, ses regards, ses mensonges peut-être mais qui veulent dire quelque chose...

Je pense à ces petits garçons qui sont placés depuis plus d'un mois sans avoir pu revoir leurs parents pour qu'ils leur expliquent cette nouvelles situation ; à Damien qui placé dans une famille d'accueil n'est toujours pas inscrit à l'école parce qu'il n'y en a pas de "spécialisée" proche ; à son frère Mathieu qui alterne les séjours à l'hopital pour ne pas rester au foyer...

Je pense à leur petite soeur Elise qui ne comprend pas où sont passés ses grands frères, et qui a trois ans exprime son malaise par une sorte de boulimie...


clairette-article-derriere-leurs-sourires.png

Je pense à ce petit bébé qui ne voit ses parents, des inconnus surement pour un si petit enfant, qu'une heure par semaine, des parents qui n'ont pas le temps de trouver les bons gestes, les bons mots, trop inquiets des regards des professionnels qui les scrutent...

Je pense à Gilles qui au milieu d'une grande fratrie où tous doivent trouver leur manière d'exister ne sait que taire une grande colère, qu'il retourne contre lui au lieu de pouvoir oser l'exprimer...

Je pense à ses frères et soeurs qui à cause d'un quartier délaissé et dangereux ne sortent jamais de leur maison ; de l'heure qu'ils mettent pour aller à l'école à pied chaque jour forcés de faire un grand détour pour éviter un terrain vague où trainent canettes et seringues...

 

Je pense à Noa, Carole et Lison qui vivent quotidiennement les grosses colères de leur père parce qu'il ne trouve pas de travail et qu'il se sent inutile, ses allers et retours entre l'hopital et leur maison, les larmes de leur mère, la peur des disputes et des coups qui partent trop vite...

 

Je connais leurs sourires, leurs éclats de rire, leurs yeux malicieux et leurs joies d'enfants...

Mais je connais aussi leurs peurs, leurs larmes, leurs regards durs, leurs façons de se protéger et de grandir bien trop vite.

Je sais que tous sont aimés par leurs parents, en fonction des histoires de chacun, de la manière dont ils ont grandi, avancé dans la vie... de la manière dont ils osent montrer leurs sentiments ou demander de l'aide pour apprendre à être face à leurs enfants.

Je ne veux surtout pas condamner les parents, je peux tout comprendre, accepter beaucoup...

mais je voudrais tellement que chaque enfant ait toutes les chances de vivre pleinement son enfance, avant de devoir affronter sa vie d'adulte...

Publié dans Enfants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Typhaine 25/09/2010 17:59



tu tiens claire, face à tout ça ?



Etre Là... 26/09/2010 16:13



c'est vrai que parfois c'est dur dur... alors ça me fait du bien de pouvoir l'écrire, et puis même de le partager (merci !!)...


Après, je me force à relativiser... oui ce que je vois, ce que je partage avec les gens, ça me touche, ça me heurte ou ça me bouleverse... mais les gens eux même vivent ça tout le temps, c'est ça
leur vie, alors moi qui n'en vit qu'un infime morceau avec eux.... oui je me dois d'être là et de partager avec eux, et de tenir... pour eux....


bises