Ne pas avoir honte

Publié le par Etre Là...

Témoignage d'Elisa

 

"Il y a 5 ans, suite à un gros retard de loyer, nous avons été expulsés de notre appartement , mon mari, nos 3 enfants et deux petits enfants.

Mon mari travaille, et moi je touche une pension de retraite. Les problèmes sont venus suite à la grossesse de ma fille aînée qui n'avait pas d'allocation, du coup on a palié nous avons décidé pour ce faire de cesser, provisoirement, le paiement de notre loyer. Provisoirement.

Ça a finalement généré un gros retard que nous avonsréussi, difficilement, à rembourser mais il a manqué 200€ et ils n'ont pas voulu d'arrangement. J'ai su après que je n'aurai pas du partir, mais sur le moment, je n'en ai pas parlé parce que j'avais trop honte... et quand j'ai réussi à demander, c'était trop tard, les procédures étaient lancées.  

 

Aujourd'hui je dis que la honte il faut la laisser et qu'on peut demander de l'aide.

 

HOTEL01.pngOn s'est donc retrouvés à l'hôtel.

Au début, on était tous ensemble, et puis ma fille ainée a trouvé au bout de 6 mois une place dans un foyer maman/bébé. C'était difficile, on devait prendre deux chambres d'hôtel, ça revenait cher. On vivait dans de mauvaises conditions, on n'avait pas le droit de faire à manger, on ne pouvait pas prendre de petit déjeuner, rien...

 

Quand notre fille ainée est partie au foyer avec ses bébés, j'ai fait le choix de placer notre petite dernière chez des amis. Comme on changeait tout le temps d'endroits, c'était difficile pour l'école, mais moi je voulais qu'elle puisse aller dans le même collège. Des amis ont donc accepter de l'accueillir chez eux, pendant plusieurs mois. C'était un gros truc d'accueillir comme ça une enfant en plus, et je les remercie encore pour ça ! Pendant tout le temps que notre galère a duré, elle a pu rester dans le même collège, on avait donné l'adresse d'une amie pour que les papiers arrivent. Il n'y avait que son prof principal qui était au courant.

On essayait de la voir tous les jours, en tous les cas c'est sur on se parlait tous les soirs. Pendant les vacances, elle passait la journée avec nous et repartait le soir.

Des fois elle en avait marre, elle se demandait quand est ce que ça allait enfin se terminer. Mais malgré tout ça, elle a toujours bien suivi au collège, elle n'a pas baissé les bras, elle s'est accrochée.

J'ai toujours eu peur qu'un des enfants décroche, et qu'il laisse tout tomber, qu'il tourne mal. Mais je n'ai pas eu ce malheur. On s'est épaulés et nous sommes restés solidaires, c'est ça qui nous a aidé à tenir."

Publié dans Familles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ervé.Do 06/10/2010 09:38



Témoigner, c'est aussi une forme de lutte...



Françoise 05/10/2010 22:05



J'ai lu les livres que tu m'a offert...des témoignages à lire et relire...
Merci...



heugebaert 05/10/2010 14:04



VOUS A VAIS U BEAUCOUP DE COURAGE NOUS AUSSIE ON NAI PASSE PARLA ALORS ON CONPRENT QUE SAI DIFICILE BON COURAGE



Etre Là... 05/10/2010 22:04



oui vous savez, et vous continuez à avoir plein de courage ! peut être on pourrait aussi faire votre témoignage non ?


bises