Sans papier

Publié le par Etre Là...

Numan témoigne

 

"Je suis sans papier.

C'est marqué dans le récepissé de demande de carte de séjour : "ce récepissé n'autorise pas son titulaire à travailler".

Ca autorise juste à rester en France.

Quand on ne trouve pas de travail ou qu'on ne vous donne pas de travail, c'est une violence.

Et quand quelq'un vous interdit de travailler, alors c'est une autre catégorie de violence.

On devient une charge pour la société, or personne ne veut être une charge.sans-papiers-emmaus.jpg

 

Et si alors on travaille, dans quelle moralité on travaille ? dans l'illégalité !

Quand on accepte de "devenir une merde", alors on trouve du travail. J'ai accepté pendant un moment de travailler sans être payé, de me faire exploiter, de faire le travail de plusieurs... pas de prime, pas de salaire normal, pas de week end, pas de vacances,

et si on tombe malade ou si on a un accident, on ne peut pas se soigner et on est virés, parce que le patron a peur car il ne nous a pas déclaré.

Dans certain travail, on est un animal pour l'autre.

 

On est dans un embargo : ça veut dire isolé, exilé.

On aurait les moyens de s'en sortir,

mais on vous interdit tout ce qui est légal, et on vous autorise tout ce qui est illégal !

Le choix est injuste. Il n'y a pas de choix en vérité, c'est toujours de la souffrance.

Et pas seulement pour le travail, pour tout !

 

Interdire le travail à un être humain, c'est lui donner un statut où il entre dans la violence d'être jugé, soit d'être dans l'illégalité, soit d'être considéré comme un fainéant."

 

merci à N.

Publié dans Sans Abris

Commenter cet article

cpolitic 19/06/2011 16:08



Belle piste pour une réforme du système!