Face à la peur...

Publié le par Etre Là...

claire peur final visuel erveC'est vrai, on ne la voit que très rarement à la sortie de l'école ou aux rencontres parents /professeurs...

C'est vrai, elle filtre les messages sur son téléphone pour ne surtout pas répondre à l'assistante sociale qui aimerait qu'elle vienne elle aussi, et pas seulement son mari, aux rendez-vous qu'elle leur fixe chaque mois...

C'est vrai, elle préfère que les enfants passent toute la journée à la maison plutôt que dehors dans un quartier qu'elle trouve pense et mal fréquenté...

C'est vrai, elle a tendance à s'enfermer sur elle même, quitte à refuser les aides qui pourraient venir de l'extérieur...

 

Parce qu'elle a peur...

 

Peur de ceux qu'elle ne connait pas et qui pourraient, peut-être, forcément,  leur porter préjudice...

Peur de l'autre, du regard qui dévisage et qui pourrait juger, mal juger...

Peur de cette assistante sociale et de son pouvoir en termes de protection de l'enfance...

Peur qu'on lui retire ses enfants...

 

Mais en s'enfermant de cette manière elle risque malheureusement de faire les mauvais choix et aller à grands pas vers ce qu'elle redoute le plus !

 

Comment puis-je l'accompagner le plus justement, le plus doucement, pour qu'elle apprivoise ces peurs et ose les affronter petit à petit ?

Alors, ne pas brusquer, dire les choses, patiemment... relever les petites avancées,  patiemment... L'encourager, patiemment... Être-là... simplement.

Publié dans Familles

Commenter cet article

cpolitic 31/01/2011 22:22



Toujours aussi émouvant... et finement écrit



Ervé.Do 31/01/2011 20:05



La peur des autres, du dehors est souvent conditionnée par la peur de tout perdre. On préfère alors, sans doute, rester au plus près des siens, au plus près
de ce que l'on a, du peu que l'on possède.


Ce "face à la peur" pourrait se traduire par un "face à soi-même", face à ce que renvoit l'autre, cet autre qui serait suceptible de juger sans
comprendre.


 


Une fois de plus, une publication poignante, d'une simplicité poignante, pour nous renvoyer en pleine gueule notre part d'ombre, de crainte et... de
peur.


 


A l'heure où des peuples usent de leur droit à la révolution pour chasser des dictateurs et construire une démocratie digne de ce nom, il serait yemps, ici
et maintenant d'user et d'abuser de nos bon chers vieux préceptes que sont l'égalité, le fraternité et ce qui devient de plus en plus à force de loi anti-démocratiques la solidarité qui est à mon
sens à ce jour le vraie liberté.


 


La liberté de s'indigner et dire non ! stop ! assez !


Et agir... pour ne plus avoir peur et ne plus l'inspirer aux autres et à nous-même.