Une pause de douceur

Publié le par Etre Là...

 

Cet après midi, j'accompagne Sylane et Medhi à la pouponnière. Ils ont rendez vous comme chaque semaine à 16h30 avec leur bébé, petit homme de 8 mois. Ils ont le droit de rester une heure avec lui, sous le regard de la psychologue ou de l'éducatrice. Un regard qui se veut surement bienveillant, mais qu'ils vivent toujours comme un contrôle ou un jugement.

 drooker02-blog-de-claire.jpg

Je suis arrivée très en avance devant la tente ou ils vivent pour qu'ils aient le temps de se préparer, qu'il n'y ait pas de tensions... L'avant dernière fois, Médhi y est allé seul mais il n'était pas en forme, et le bébé qui l'a bien senti a tellement pleuré qu'il a préféré écourter la visite... la semaine dernière, c'était grêve générale, ils ont galéré dans les transports et sont arrivés stressés et en retard au rendez vous... Exceptionnellement, l'éducatrice a bien voulu qu'ils le voient quand même un petit moment, mais là encore cela ne s'est pas très bien passé.

 

Mais aujourd'hui, ils m'attendent avec le sourire, ils ont de bonnes nouvelles pour leurs démarches avec la sécu et donc pour les papiers de Médhi, du coup ils sont détentus, presque apaisés.

Je suis à peine descendue de la voiture que Sylane me lance « regarde Claire ce que j'ai acheté pour le bébé !! » un nouveau pyjama, un paquet de lingettes et puis un bidon de lessive « qui sent bon... tu comprends à la poupnnière, ils ont tous la même odeur de lessive, moi je veux que mon fils il ait sa propre odeur à lui... »

 

Lorsque nous arrivons, ils sont tout de suite invités à entrer dans un petit salon ; l'éducatrice apporte ensuite le bébé qui pleure quelques minutes avant de gazouiller « c'est normal il est méfiant notre fils tu sais... il faut toujours du temps pour qu'il se sente bien avec nous, mais après tout va ! » m'avait dit Sylane

 

Je reste dans le hall d'entrée... je vois arriver un monsieur seul vers qui on conduit deux petites filles que drooker01blog-de-claire.jpgj'entend de loin crier « papa papa papa »... un couple qui est très très en avance et à qui la dame de l'accueil propose d'aller faire un petit tour avant de revenir, dans deux heures... une femme qui sort d'un des petits salons en pleurant... une éducatrice qui part se promener avec trois enfants, qui font des coucous à la dame de l'acceuil...

Je ne sais pas imaginer la vie des enfants ici, si petits... comme je peux deviner la peine, l'inquiétude ou la colère des parents...

 

Sylane et Médhi sont ressortis enchantés de  ce temps avec leur bébé... dans la voiture ils s'endorment, lorsque je les dépose Médhi s'excuse « tu sais c'est toujours épuisant moralement ces moments là »...

Ils vont repartir dans leurs galères et leur vie chaotique... jusqu'à la semaine prochaine pour cette pause de douceur...

 

Illustrations : Eric Drooker

Publié dans Familles

Commenter cet article

cpolitic 21/09/2010 23:02



Merci à toi pour ces détails et ces jolis textes, au contenu pas forcément réjouissant. Mais c'est la vie ;-)



cpolitic 21/09/2010 21:12



Oula mais il va falloir nous en dire plus: c'est quoi cette pouponnière?


Une halte où les gens dans la précarité peuvent faire garder plusieurs jours d'affilée leurs enfants?


 


Toujours aussi poignant les textes. Félicitations. L'émotion demeure.


 


Amicalement,


Cpolitic



Etre Là... 21/09/2010 22:17



une pouponnière, c'est un service de l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance) où les enfants sont placés (et non pas abandonnés ; même si certains bébés nés sous X restent aussi un temps en pouponnière)
entre 0 et 3 ans.


Dans cette histoire, le bébé a été placé à la naissance, le juge des enfants ayant mandaté l'ASE pour "mettre à l'abris l'enfant" (pas forcément des parents, mais des conditions de vie dans
lesquelles vivent les parents... ici la rue, la drogue, ça peut être "incompétence", "délaissement"....)


Il est vrai que les parents ont "gagné" ce droit de visite, et qu'ils sont un peu "testés" sur leur manière d'être et de faire lors de ces visites.... qui peuvent évoluer pour aller jusqu'à des
visites à domicile, des We, des vacances... si les parents ne font pas signe pendant une année (ni auprès de l'enfant ni auprès de l'ASE), alors l'adpotion peut être envisageable... c'est une
procédure longue, qui fait que souvent les parents ont en fait deux années pour donner signe...


Après 3 ans, les enfants vont soient en familles d'accueil, soient en foyer, toujours avec plus ou moins de droit d'autorité parental pour les parents, en fonction de ce qui est décidé par le
juge des enfants, avec les parents...


voili un petit peu ce que j'apprend au fur et à mesure en accompagnant ces familles... en plus de toutes ces émotions qu'elles traversent et que je partage un peu avec elle...


Merci en tous les cas pour tes petits signes réguliers !


bises



Ervé.Do 17/09/2010 16:42



Ta modestie t'honnore ! Comme toujours !



Ervé.Do 17/09/2010 15:30



"Pourra-t'on un jour vivre sur la Terre, sans colère, sans mépris, Sans chercher ailleurs qu'au fond de son coeur la réponse au mystère de la vie...


Je suis trop p'tit pour faire le jeu des grands, assez grand pour affronter la vie, trop petit pour me prendre au sérieux, trop sérieux pour faire le jeu des grands... (Jacques Higelin)


 


C'est grand ce que tu fais Clairette, plus que noble parce que vital. Et je sais de quoi je parle !


 


 



Etre Là... 17/09/2010 16:31



je ne fais pas grand chose, j'essais juste d'être là, attentive et présentet, et d'offrir de la confiance aux personnes pour qu'elles puissent oser se dire qu'elles en valent le coup, qu'elles
sont importantes pour quelqu'un, pour d'autres !


et c'est dans la relation que les choses se construisent et sont possibles... que d'autres choses sont possibles !